Liens sites #edmus

Les liens de tous les profs réunis sous la balise #edmus, animant le rendez-vous annuel Edmusconnect et affiliés/adhérents à l’APÉMu

Apemu

Edmusconnect

Aeudmus
EDM Jean Colmar
Edmu
Edmus58
Edmusbc
Edmusicale
Edmusicale profs
Edmustech
Education musicale – Arrizabalaga
Educmus
Labozik
Madame musique
Mazicmu
Musibisca
MusicAfournier
Musicagiono
Musicinparc
Musikapouilley
Musikobreil
Musikool
Musique à Rostand
Musique à St-Jo
Musique en coulisses Musiquem
Prof de musique
Zikollège

E-musictab

 

Beatbox

Un outil de création de phrases en beatbox . À terme il faut enlever les voyelles dans la prononciation. Il s’insererait davantage dans une démarche explicite mais marche aussi dans l’implicite , je viens de le tester chez moi sous ses deux formes de transmission. Il a donc sa place en document dans une classe inversée en edmus et il s’étoffera de documents autour des percus corporelles et de l’appareil phonatoire dans une activité de cours.

image-44

Comme toujours , merci aux formidables #edmus pour leurs conseils et idées permanents ! Quel plaisir de bosser avec des encouragements et des conseils , ça donne des ailes !

Aide à la construction de séquence

Un outil de construction-algorithme d’après ce que je comprends des différentes formes d’entrées dans un cours. Je l’ai fait pour moi, pour m’aider et aider aussi ceux comme moi qui envisagent toutes les entrées péda comme des richesses multiples et non des absolus dogmatiques. Ça marche avec ou indépendamment de toute réforme et c’est comme toujours à destination de l’edmus.

image-43

Congrès de l’APEMu 2016

mindlyDemain commence le congrès 2016 de l’Apemu, l’association des professeurs d’éducation musicale ( vous trouverez sur le lien le programme animé particulièrement par de nombreux et talentueux #edmus ) dont je suis adhérent. J’aurai l’honneur et le plaisir d’y animer un atelier composite autour de mon expérience de la ludification avec mes éléments de réflexion autour du numérique et de l’évaluation.

La teinte que j’espère faire passer sera la même que celle de mon site, c’est à dire une incitation au cheminement personnel construit grâce aux échanges et ajustements permanents, ainsi qu’une possibilité à chacun d’être l’ingénieur de sa propre pédagogie en fonction du respect des paramètres officiels et de sa stratégie personnelle.

Voilà des documents qui, je l’espère, illustreront de façon aidante mon témoignage.

Ludifier une taco en edmus

Ludifier une taco en edmus 2

 

 

Les ilots permutés

Le système des ilots par rôles (ou ilots ludifiés) est maintenant devenu une habitude pour les élèves. Avec le recul nécessaire à son utilisation, je lui trouve des forces et des faiblesses :

Forces :

  • il encourage les élèves dans l’autonomie
  • il permet à chacun de participer à l’élaboration d’un travail complet dans le cours
  • il permet de sélectionner soi-même ses propres qualités de travail
  • il donne de l’importance dans l’action, importance répercutée dans l’approche du travail par l’élève et dans son utilité dans l’école
  • il permet par l’interface du rôle, une distanciation positive vis à vis des émotions des élèves
  • il implique la collaboration, l’entraide
  • il réduit au groupe de travail l’influence positive ou négative des élèves auxquels d’autres s’identifient
  • il favorise le sentiment de réussite par la performance des responsabilités, qui crée à son tour le plaisir de travail
  • il n’isole pas les rôles contrairement aux apparences puisqu’en situation les élèves concourent en général tous au travail

Faiblesses :

  • il ne permet pas la prise de position autonome absolument, il y a toujours des ilots dans lesquels se retrouvent des élèves réfractaires à l’activité et qui peuvent entrainer les autres dans un côté improductif.
  • tout l’aspect d’un travail, si le rendu est collectif, n’est pas toujours vécu ni développé par chacun. L’intérêt de l’individualisation trouve sa limite dans la répartition des tâches.
  • les élèves qui comprennent le sens de l’énoncé se retrouvent parfois inhibés au sein du groupe avant mon arrivée et le groupe stagne, même si j’ai refait l’énoncé de façon beaucoup plus claire (je refais les énoncés souvent ou je les énonce parfois plusieurs fois quand, après retour des élèves, je ne les estime pas suffisamment clairs).
  • il ne permet pas l’émergence d’une volonté d’apprendre pour certains élèves. Je pense et constate que le système est efficace, mais il y a toujours une frange d’élèves (pas toujours les mêmes d’ailleurs) qui ne s’implique que trop peu par inaction et du coup peuvent répandre au groupe par l’expression passive d’une opposition dont il ne m’appartient pas souvent d’en déceler la cause, une lenteur de travail pour le groupe.

En essayant de garder les forces du système et d’en amoindrir les faiblesses, voilà ceux que j’essaye en ce moment , chaque rôle est pensé pour être dédoublé (il peut y avoir 2 mêmes rôles dans des groupes de 5 ou plus),  l’inclusion du numérique n’est absolument pas obligatoire, pouvant être facilement détournée ( le gardien du temps se transformant en « crieur » par exemple), chaque rôle pouvant enfin se transformer en s’adaptant à l’activité comme dans les îlots ludifiés tels que je les ai conçus :

img_5266

Le Reporter est une adaptation de l’ambassadeur qui implique que l’autoévaluation ( de façon surtout quantitative, mais aussi qualitative et structurelle) est pensée par le groupe avant la formulation du travail lors des étapes. Ce rôle peut toujours se conjuguer avec d’autres et s’adapter aux circonstances de l’activité.

img_5267

Le Manager est une adaptation du Gardien du temps et de l’Ambassadeur (voir plus loin) qui inclut tous les rôles possibles et la gestion des rôles de chacun. Il a aussi le devoir important de pouvoir décider si un rôle est utile ou non au travail du groupe et de le répartir à nouveau. L’élève qui incarne ce rôle doit s’attendre à tirer parti de sa polyvalence. Il favorise aussi l’autoévaluation structurelle.

img_5269

Le Chercheur est une refonte du Scribe et du Journaliste avec la dimension de l’organisation et de l’évaluation qualitative. Il implique les notions d’écritures numériques ou non-numériques. Il peut aussi très facilement se décliner.

img_5268

C’est une déclinaison du Gardien du Temps, de l’Espion et du Journaliste. Par sa gestion du temps il permet la fin du travail. Par ses déplacement il permet au groupe d’accéder à un « temps lisse » de travail nécessaire lui aussi à la réflexion. Il a une responsabilité organisationnelle afin de gérer le « hors-temps » mais plus concrète que le Chercheur. Il doit écrire sur un support à la disposition de tous les recueils des informations qui m’ont été demandées en permettant un « temps figé ».

img_5284

C’est un nouveau rôle qui peut s’inclure ou non, c’est un rôle particulier, non pensé et nécessairement non défini. C’est le regard extérieur, absent ou présent. C’est le vide qui crée le plein, la cellule qui se réorganise pendant que les autres reprennent le flambeau, celui qui permet par son absence que d’autres soient présents , qui indique aussi aux présents qu’ils seront absents peut-être une autre fois. C’est l’élément qui peut faire émerger l’inattendu aussi et relancer l’induction dans une autre direction.

Ces rôles impliquent donc une nouvelle organisation en réponse à leur création. J’ai envie de nommer cette organisation les « ilots permutés » :

A chaque bilan, le groupe peut changer son organisation et par l’intermédiaire du manager refondre l’organisation de chacun. En créant le rôle de l’espion qui bougeait dans la classe, je me suis rendu vite compte que beaucoup d’élèves incapables de se concentrer physiquement devenaient soudain acteurs du savoir et du travail. Avec celui du journaliste, que des élèves qui avaient besoin juste de ma présence rassurante ou canalisante pouvaient confirmer leur pensée et repartir au travail avec une nouvelle dynamique. Avec la création d’un rôle polyvalent et d’un rôle vide, j’espère arriver à entrainer encore d’autres élèves à considérer leur place au sein du groupe et à pouvoir en changer positivement, constructivement de façon à faire émerger en eux comme l’intitule Xu Yi (une compositrice dont j’aime beaucoup les oeuvres) « le plein du vide ».

 

Petit questionnaire 2016 de survie du prof d’edmus

Ce petit questionnaire de témoignages a été proposé à quelques collègues en edmus dans un but bien précis : déculpabiliser chacun sur ses pratiques afin que chacun puisse y trouver matière à réflexion, matière à davantage de recul sur son propre métier, afin que chacun puisse trouver sa place, se situer et ainsi entamer s’il y a lieu, un mouvement interne d’amélioration , un mouvement autonome et personnel, relatif à sa propre conception et à rien d’autre.

J’ai souhaité le proposer confidentiellement à des gens que je connais et en qui j’ai confiance, pour que sa diffusion ne soit pas freinée par un risque d’apriori sur son but et en contrôler l’anonymat que confère son désordre dans les réponses.

Il y a bien sur dans cette démarche une portée potentiellement collective, car peut-être que des lecteurs tiers vont lire et même identifier leurs propres pratiques. De cela je ne peux me porter responsable. Par contre, je fais le pari qu’à la lecture d’autres comportements, un éventail de « possibles » peut s’ouvrir, qui peut par choc ou résonance provoquer des aides, que chacun finalement porte en soi par rétroaction.

Il m’apparaît que la citation en désordre des réponses protègera mes collègues et amis, afin d’éviter toute récupération malveillante. Vous ne serez pas en mesure d’identifier qui a répondu quoi. La date de 2016 paraît anodine et pourtant, chacun étant libre de changer , j’espère en cette impermanence qui peut aussi rassurer d’une façon réaliste.

Je propose une lecture sans jugement, il n’y a pas de « bonnes » ou de « mauvaises » réponses ici, il y a ce que j’espère être des attitudes quotidiennes ressenties à travers les prismes personnels de chacun. Ce questionnaire est né de l’empathie rencontrée suite à des déceptions, des découragements, des frustrations de collègues ou de moi. Je pars du principe, comme d’habitude, que chaque prof souhaite le meilleur pour ses élèves et que chacun ressente parfois ou souvent des déceptions. Alors au lieu de subir comme Sisyphe ou trembler comme Damoclès , j’espère apporter une main tendue d’un pair, ni pire ni meilleur par ce jeu de miroir.

Je remercie donc Gaëlle Chaillou, Gaëlle Revidat, Sandrine E., Sandrine Evra, Laurence Poirot, Béatrice Laurier, FlaVie, Laurent Huault, Cathie, Damien M., Nicolas le Cunff, Nancy, Davidlemusico, Audrey, Valérie, Joëlle, Véro et Vincent Busselier. J’ai aussi répondu comme chacun.

 

questionnaire-2016-de-survie-du-prof-dedmus-google-forms

 

 

Fiches d’aide : Le but c’est le chemin

Optant pour Goethe paraphrasant Confucius, le titre de ces fiches d’aide consiste en la description de la démarche même de la considération de l’échec, pour l’enseignant qui a déjà tenté une mise en pratique mais qui n’a pas réussi la première fois (ah bon , c’est possible ça ?).

J’ai failli les appeler  » Pourquoi ça ne marche pas » ou  » On ne lâche rien » mais les amis d’ #edmus m’ont proposé avec justesse de penser le titre positivement, merci à eux aussi pour leur relecture !

Ces fiches sont des outils d’aide sur les mises en place de directions pédagogiques particulières en #edmus. Combien de fois les activités proposées sur ce site ont dû être revues et le sont encore… Il n’y a pas d’essais sans erreurs et la seule façon de ne pas se planter c’est de ne rien faire. Comme aussi je pense que la modélisation n’est que la première étape d’une appropriation de sa pédagogie, comme je crois qu’il y a autant de pédagogies que d’enseignants, la réflexivité de l’outil me semble incontournable.

La classe inversée en Edmus

lbclc-clise-edmus

Les îlots ludifiés en Edmus

lbclc-ilots

La ludification en Edmus

lbclc-ludification

 

J’en rajouterai peut-être au fur et à mesure, et (merci de l’idée ô formidables @EdmusTech et  @damienrennes ) probablement aussi destinées aux élèves.

Mindmap Histoires

Cet outil-fiche est fait pour mettre en relief des évènements ayant coexisté ou qui ont inspiré d’autres évènements, avec un recul global. La mise en évidence d’une reconstruction et d’une visite permanente d’évènements avec prise en compte du contexte m’apparaissait intéressante et peut-être plus adaptée à l’edmus que les frises chronologiques, qui, si on les précise trop, deviennent vite illisibles.

Je n’ai choisi que quelques aspects chaque fois, dans un but de clarté, tout à fait arbitrairement. C’est un mélange de frises chronologiques, mindmaps, comparaisons, j’ai envie d’appeler cet outil la « chronomap ». Je crois que je nomme mes outils par jeu, et aussi pour que les élèves soient conscients qu’un  outil est créé par quelqu’un d’aussi banal que le prof de musique que je suis, dans le principe même que chacun puisse créer, puisque c’est un des axes principaux de ce que je suis censé faire passer.

Tout cela pour dire que si quelqu’un me lit et semble intéressé par ce système, il peut l’appeler comme il le souhaite bien sur.

histoire du hiphop cc

Hip Hop

histoire du rock cc

Jazz

histoire jazz cc

Rock

histoire de la techno cc

Techno

 

Retour à l’écrit

La visée que je m’efforce de suivre consiste en l’indépendance vis à vis du numérique quand il ralentit ou dépouille d’une réflexion personnelle. C’est à dire que j’essaye de doser son usage par rapport à une introspection nécessaire.

Le problème est qu’il m’est bien difficile de dissocier un moyen d’une fin : le moyen engendre de nouvelles fins qui engendrent à leur tour de nouveaux moyens, il en a toujours été ainsi ai-je l’impression. Ainsi, le numérique participe à la modification du point de vue sur le monde, et réoriente même la façon de penser dans une remodélisation globale ou particulière. Nous avons basculé déjà dans ce monde depuis plus de 40 ans (1971 Intel) et très nettement depuis 20 ans (1990 création du www ; sans compter la façon dont le numérique s’est développé, créé, formé, qui est indissociable et issu d’une façon de vivre bien plus ancienne encore), ce qui crée un paradoxe total je crois : nous pouvons nous réjouir de ces modalités ou au contraire nous en indigner, il reste que tout concourt à l’utilisation de la façon de penser numérique : notre journée est séquencée en étapes courtes, remplies absolument comme si le vide était une horreur à fuir, la signalétique des routes, des commerces, des menus, des prix dans les commerces, des publicités associe un élément à un autre dans une inhibition propice au réflexe mais pas à la réflexion ( dans un sens de retour sur soi).

Avec une amie collègue, nous avons essayé, dans des « siestes musicales », de rompre avec ce non-temps personnel,  ce temps extérieur imposé. Avec des échauffements vocaux de type relaxation, avec la mentalisation en cours sur des concepts, avec une écoute où les élèves sont allongés, j’ai essayé aussi de revenir au temps pour soi, un temps interne.

Un des points de réflexion en ce moment de la team #edmus est de penser avec talent l’infographie des notions, merci beaucoup Damien le pro du sketchnotes @Damienrennes . J’ai envie d’y ajouter ma touche en revenant à l’écrit comme je l’avais fait dans les symboles, dans les objets en carton, dans les détournements de mindmap et avec les cartes de couleur. L’écrit avec stylo en tant que rendu final me paraît bien moins à propos que l’écriture numérique. Je préfère personnellement lire un imprimé ou un ebook avec une police égale, un texte calibré, qui me fera émerger le fond narratif d’un texte. L’écrit stylo en tant que trace d’une pensée me paraît au contraire très pertinent, qu’il soit sur feuille ou écran, car il impose un temps pour soi et permet un retour réflexif lent, propice à l’autocorrection. C’est ainsi que pour adjoindre au sphérier des outils méthodologiques je reviens vers une utilisation imitative du papier avec cette carte de comparaison d’oeuvres largement inspirée de celle, parfaite, de Béatrice @LaurierBeatrice  en lui adjoignant le CQQCOQP qui est un questionnement efficace je pense, pour l’avoir testé en classe bien souvent. J’ai utilisé ce système pour mes propres études, au lycée comme en fac, pour la musique comme pour d’autres matières, il est très efficace et connu de tous.

Image 40

Cette carte a pour fonction d’être reproduite au brouillon, sur papier ou sur écran avec stylet ( que je n’ai d’ailleurs pas dans mes cours, c’est loin d’être une priorité). Les couleurs de l’arc en ciel sont dans un but synesthésique de facilitation de la mémorisation. Chaque oeuvre a sa mindmap et les points communs sont au centre.

FullSizeRender 13

Dans le même esprit, ces cartes de structures sont faites pour induire une méthodologie d’écriture rapide d’une structure. J’en avais fait l’expérience déjà en atelier, c’est aussi efficace, clair et rapide. Un élève note de simples traits comme une dictée à la volée pour symboliser la structure, ou des formes ou des couleurs s’il est à l’aise avec ces procédés. Vous avez à côté des noms des formes chaque fois des exemples d’écriture rapide.

IMG_5016

Les formes et les couleurs prennent leur sens davantage dans les structures complexes comme ici la forme sonate dans une sonate par exemple.

Toutes ces fiches sont donc des modèles de brouillon, laissées en cours, de façon à structurer la pensée par un codage complètement intégré et utilisé par le monde numérique, et qui n’est pas sans rappeler des formes symboliques médiévales (héraldique, vitraux, enluminures, codex scientifiques etc) dont je suis assez friand sans en être un spécialiste.

 

Une introduction au plan de travail

Ayant lu quelques sites sur l’instructionnisme face au constructivisme (que de mots étranges pour désigner des types de rapports à la transmission…), me sentant complètement proche d’un type d’enseignement empirique, où je découvre par moi-même, me faisant ma propre opinion des choses (c’est bien illusoire d’oser penser aussi radicalement ce genre de chose, c’est plutôt une tendance en fait), m’étant d’abord heurté parfois aux arguments que concilier les deux était impossible, hypocrite, un non-sens (etc.) et pourtant trouvant de la pertinence dans tout ce que je lisais ou entendais, sans jamais y décerner des absolus mais toujours des relatifs contextuels, j’ai décidé de mélanger ce que je pouvais comprendre de ces directions avec ce que je crois être bien dans le type de pratique avec lequel je suis à l’aise.

Le rendu est un cours autour de l’initiation au plan de travail (une façon autonome, collaborative et différenciée d’apprendre). Il est évident que l’aspect chronométré est complètement arbitraire , heurté au réel, tout s’efface, mais c’est ma façon d’appréhender les choses et de me rassurer en me fixant des limites temporelles.

Problématique : peut-on écrire ce qui ne se prononce pas ?

Progression

1° cours :  

Tous debouts

Imitation percus corporelles en fonction des cellules des rythmes des traces

Les Elèves inventent rythme simple restent à leur place

On marche dans la pièce ( ou dehors ) A pas de loup, A pas de trot de cheval, A pas de poule, a pas de chat.

On revient s’asseoir : on s’imagine les traces ( je redis les exemples ) a pas de loup etc..

On montre l’image

FullSizeRender 6

Le corps planète : debout en marquant le tempo, faire taper sur le corps le rythme des traces

Chant sur les traces ( le chant des sirènes)

Ecoute :

fondation Cartier, écoute libre. Se représenter les sons et l’univers entendu. Mentalisation.

 

Débat :

assis en cercle : on en parle. Pré activation :  volume, intensité, aigu, grave, durée, thème/ voix de l’animal, paysage sonore.

Questions : comment allons nous faire pour retenir ces sons une fois entendus ?

Et si nous n’avons pas d’enregistrement ? Et si nous étions au moyen-âge, au baroque, au classique ? Un gros son correspond à quel animal ? Un son aigu ? Il aurait quelle forme ? Pourquoi ?

(Emergence des cerceaux possible façon Dalcroze, idée exploitée avec bonheur par Béatrice @zikmuable)

Ilots : avec Musical Paint (application où l’on entend ce qu’on dessine, j’en ignore les correspondances avec d’autres OS) dessiner le paysage sonore entendu

Devoirs : dessiner/filmer/copiez un paysage sonore (papier/numérique) et rapportez le en cours. En écoutant la nature, chez vous, un endroit quelconque, symbolisez par des traits, des couleurs, des formes de votre choix les sons / musiques que vous entendez. FACULTATIF : Vous pouvez en imaginer un, même le créer.

https://padlet.com/Imer/5c1

2° cours :

15’ + 10 mn

Vous trouvez ces traces sur le sol…

IMG_4884

  • 15’

Explorateurs : seuls ou en groupe, vous pouvez vous servir de tous les outils

Reproduisez la démarche ou le son de l’animal en fonction de ses traces ou de celles trouvées la semaine dernière… Imaginez la forme et la taille de l’animal en fonction du son et de la démarche.

Scientifiques : seuls ou en groupes

Imaginez une nouvelle démarche d’un des deux animaux (cours 1 +2)  en fonction des traces trouvées…

  • 10’

« Pour ceux qui ont été par groupe, qui a choisi d’aider un ou plusieurs membres de son groupe ? »

Un ambassadeur/drice vient raconter pour son groupe

10’

A l’école des animaux

Je saute (comme fait Bobby McFerrin en live) à gauche et à droite en faisant conjointement DO RE MI et les élèves chantent. Quand ils ont acquis le bon son, sons disjoints. Puis penta. Démarche fluette = son léger , démarche lourde et imposante = fort. Je me grandis = son grave, je rétrécis son aigu.

2 élèves passent à ma place

20’

Chant des sirènes

Devoirs : dessinez votre animal , imaginez en la démarche , dessinez ses traces ( 12 minimum) et le son en fonction

https://padlet.com/Imer/5c1

3° cours

5’

Reactivation à l’école des animaux

2 élèves passent

10’

Les croqueurs de son

Par groupes de 5 ou de 4 : l’un des élèves du groupe fait mon rôle (Bobby McFerrin) les autres dessinent la mélodie (IPad ou feuille)

15 ‘

5 ‘ Réactivation chant des sirènes

10 ‘ « Ton visage »

5’

tous en cercle : mini – débat

comment on note si le son est grave aigu, si l’animal/instrument qui le produit est grave , aigu, comment on note les sons dans l’occident

20’ (15’+5 ambassadeurs en rendu)

TACO en îlots les « chasseurs de son  »

 

sur des portées dessinées (clef de fa et sol) , créer une série de 6 mouvements, en traces, en imaginant l’animal et en nommant ses correspondances ( gros = grave, petit aigu etc.)

( des aides sont sur un ebook où les clefs et les notes sont amovibles, merci Véro @verlacoc pour cette idée )

Rôles

Traducteur (Ambassadeur) CUMULABLE AU BESOIN

Chorégraphe (Reproduit la démarche)

Musicien ( La chante/joue)

Ingénieur (Filme et enregistre)

Explorateur scientifique (Ecrit la série des mouvements en portée ou en traces)

Devoirs : regarder la capsule du cours 1

https://padlet.com/Imer/5c1

 

4° cours « PREMIER CONTACT »

Objet : « Le sacre du printemps » Stravinsky (version Béjart)

IMG_4961

2 x 20′ avec mini-pause bilan : en gardant les îlots de la semaine dernière, vous êtes libres de vos outils (sphérier)

DEFI 1

Témoignage

Vous devez écrire une mélodie à partir des traces et la jouer/chanter

DEFI 2

Chasseurs d’image

Vous devez imaginer un animal qui a produit ses traces et justifier de sa forme par des éléments musicaux

DEFI 3

Compréhension inter-espèces

Vous devez imaginer une chorégraphie des mouvements de ces traces et la reproduire/filmer

DEFI 4

Premier Contact

Vous devez inventer ou imiter une phrase musicale vue en cours ou non et l’écrire sous forme de partition dans le style des traces trouvées en vous servant des connaissances du cours. Idées personnelles très acceptées.

15’

réactivation chant des sirènes et ton visage.

On essaye la lecture des traces de L.E.J. (summer 2016)

IMG_4887

Devoirs : Regarder la capsule du cours 2  (revoir la 1) et répondre aux quizz qui fermeront dans 3 semaines

https://padlet.com/Imer/5c1

5° cours

PDT évalué avec spherier

Devoirs : Regarder les capsules du cours 1 et 2 et répondre aux quizz qui fermeront dans deux semaines

https://padlet.com/Imer/5c1

6° cours

35’

PDT évalué

15’

Débat comment peut-on écrire un son ? Pourquoi ? Qui le fait ? Où le fait-on ? etc.

Devoirs : Fermeture des quizz en fin de semaine. Regarder les capsules du cours 1 et 2 et répondre aux quizz

https://padlet.com/Imer/5c1

Il va de soi que cette séquence ne constitue absolument pas un exemple à suivre mais un environnement tout à fait perfectible en fonction de ma personnalité et sujette à changements ultérieurs, je préfère le répéter au cas où la diffusion sur internet serait interprétée autrement que ce que je l’espère, c’est à dire : une base d’échange et de proposition. Elle n’a pas d’autre valeur.