La battle du siècle – activités avec Phonotonic

 

La pratique musicale reste le coeur de notre discipline. et quand un outil comme Phonotonic permet d’utiliser le sampling en même temps que le geste, alors il s’insère naturellement je pense dans le cours, propice aux activités.
Je l’ai utilisé lors de la suite du cours sur l’empire des sons, cours axé sur le geste musical, en 4°.
Un phonotonic est un capteur Bluetooth de mouvements (accéléromètre et gyroscope) inséré dans une balle. Ce capteur renvoie un signal à une application qui fait tourner en boucle plusieurs sample. Les pistes tournent en même temps, elles sont toutes en « mute » sauf celle qui est assignée à un type de mouvement. On a donc l’impression que le geste contrôle le type de boucle émise. Cet objet a été créé par un remarquable chercheur de l’Ircam, Nicolas Rasamimanana.

La Battle du Siècle

Plusieurs façons de pratiquer l’activité ont été testées :

Après visionnage du teaser, des volontaires viennent performer une battle, de 30 secondes environ, avec une phonotonic chacun qui émet le même sample. La classe vote la performance la plus spectaculaire. L’explication des temps vient après ainsi que la mise en groupes.
Pendant 10 mn, après un énoncé oral qui en substance dit : « choisissez vos équipes afin de créer une chorégraphie, nous allons la mettre en musique après et seuls les volontaires passeront », les élèves s’entrainent. Puis ,visionnage du teaser et ils performent en groupes les uns après les autres devant la classe qui vote. L’explication des temps aide à parfaire les chorégraphies.
Celle que je retiens : un entrainement à l’activité introduit la manipulation de l’objet ainsi que la conscience des temps. Après une conscience du tempo avec tête et pied, chacun frappe en trouvant le système (binaire ou ternaire, ici binaire) le premier temps de chaque mesure. Puis j’introduis un phonotonic uniquement avec le rythme joué. On se les passe d’élève en élève afin que la réception se fasse sur ce premier temps. On peut les passer ou les lancer. Il y a donc obligation d’anticipation du premier temps. J’introduis dans un second temps un autre phonotonic avec la mélodie mais cette fois sans le rythme. Ce qui entraine une concentration accrue puisque ce sont les changements d’accords qui permettent de prendre conscience des mesures. Enfin j’introduis les deux phonotonics en même temps.

Mon observation est que les élèves ne comptent plus les temps et se laissent emporter par le ressenti des mesures assez rapidement.

Je passe enfin le teaser et je propose à chacun de former des équipes, des « team » pour garder un vocable adapté aux battles. Avant de s’entrainer, je propose à un élève volontaire de créer un geste. Je passe le phonotonic mélodique à cet élève et il reproduit rien qu’avec le capteur sans la boule réceptacle le geste en anticipation du premier temps, après en avoir ressenti le tempo.
Cet élève avec sa team devient leader d’un camarade puis d’un groupe qui imite son geste.
La team devient leader de la classe ainsi.
Après que la chorégraphie ait été performée, le capteur peut changer de leader.

Nous avons testé le capteur en main, dans les chaussettes, sur la chaussure. Il s’avère que la main reste à privilégier pour une meilleure maîtrise de l’instrument par rapport à une conscience des gestes associés aux sons et une conscience du tempo, mais le capteur sur le pied est aussi source de créativité inattendue.

Nous disposons de 6 iPad et de 10 phonotonic. Nous pouvons associer un Ipad à 1 phonotonic et ainsi laisser les élèves en autonomie dans leur création de chorégraphie. Ils peuvent la continuer chez eux, nous proposons alors des entrainements soit dans la cour, soit par visioconférence de type skype, FaceTime ou Hangout afin qu’ils s’entrainent en groupe.

J’ai créé trois niveaux de difficulté :
30 secondes / 3 gestes
45 secondes / 5 gestes
60 secondes / 7 gestes
Attendu que le niveau difficile soit dépassé par le plaisir.
Chaque geste va de plus en plus être associé et créé en fonction du sample qu’il conditionne.

Des consignes ultérieures vont enrichir cette activité à la frontière de ce que la danse en E.P.S. peut proposer , nous avons déjà travaillé avec ce outil l’an dernier avec mon ami Florent Farge qui maîtrise l’outil informatique, un travail conjoint avec l’E.P.S. est tout à fait adapté :
Imiter un geste à partir d’une chorégraphie connue
Donner des consignes spatiales : geste qui va au sol, en l’air, à droite, gauche, tout cela augmenté par l’aspect « balle » du phonotonic
Reprendre les gestes martiaux de l’activité « l’empire des sons », imitation d’animaux, de métiers etc.
Répertorier les mouvements : en sautant, en marchant, en courant, immobile etc
Cartographier les déplacements : à la manière d’un quadrillage de wargame ou d’escrime, se créer une carte des déplacements de sa team. Une application multi plateforme adaptée me parait être « Explain Everything ».

Ici un test avec en fond une carte d’un jeu de rôle vidéo avec quatre élèves fictifs et un phonotonic. La carte peut être aussi tout simplement la salle de musique avec quadrillage.

En ce qui concerne le leader, des consignes de mesures :
Imiter le leader sur 4 mesures
Devenir un leader sur 4 mesures
Accompagner en miroir, opposition, adjonction du leader, etc.

Afin de prendre conscience du parcours et des mouvements, nous pouvons créer une fiche de personnage : quelle est la façon de bouger de cette personne ? Comment pouvons nous le caractériser ? Nous faisons un travail en construction de l’escape art game avec Valérie Pergola qui va dans ce sens et nous utilisons les fiches de jeux de rôles afin de caractériser nos personnages de l’énigme. Ce procédé peut tout fait avoir sa place ici avec les mouvements la corpulence, la démarche. Nous pouvons nous servir d’autres oeuvres d’arts, des tableaux, des films, des personnages de romans, de théâtre etc.
Nous pouvons aussi y réassocier après une musique. Si ce personnage était une musique, quelle serait-elle ? Ce la peut aussi engendrer des idées de mouvements.

Nous pouvons enfin cartographier comme un continent ou une google maps les mouvements d’une équipe, cela peut entrainer vers d’autres activités ou être le prétexte à une activité plus large, comme les mouvements du monde, ou se prendre pour Gulliver etc.

Enfin dans un aspect plus poétique mais qui permettrait de prendre conscience de la présence d’autrui et de sentir les mouvements sans forcément les voir, se servir d’une application qui explique et permet de manipuler la gravitation entre les planètes me séduit tout à fait et de la même façon un synthétiseur granulaire comme Borderlands Granular qui permet de diriger la modification d’une fréquence comme un parcours en programmant à l’avance les zones échantillonnées et modifiées.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *