Petit questionnaire 2016 de survie du prof d’edmus

Ce petit questionnaire de témoignages a été proposé à quelques collègues en edmus dans un but bien précis : déculpabiliser chacun sur ses pratiques afin que chacun puisse y trouver matière à réflexion, matière à davantage de recul sur son propre métier, afin que chacun puisse trouver sa place, se situer et ainsi entamer s’il y a lieu, un mouvement interne d’amélioration , un mouvement autonome et personnel, relatif à sa propre conception et à rien d’autre.

J’ai souhaité le proposer confidentiellement à des gens que je connais et en qui j’ai confiance, pour que sa diffusion ne soit pas freinée par un risque d’apriori sur son but et en contrôler l’anonymat que confère son désordre dans les réponses.

Il y a bien sur dans cette démarche une portée potentiellement collective, car peut-être que des lecteurs tiers vont lire et même identifier leurs propres pratiques. De cela je ne peux me porter responsable. Par contre, je fais le pari qu’à la lecture d’autres comportements, un éventail de « possibles » peut s’ouvrir, qui peut par choc ou résonance provoquer des aides, que chacun finalement porte en soi par rétroaction.

Il m’apparaît que la citation en désordre des réponses protègera mes collègues et amis, afin d’éviter toute récupération malveillante. Vous ne serez pas en mesure d’identifier qui a répondu quoi. La date de 2016 paraît anodine et pourtant, chacun étant libre de changer , j’espère en cette impermanence qui peut aussi rassurer d’une façon réaliste.

Je propose une lecture sans jugement, il n’y a pas de « bonnes » ou de « mauvaises » réponses ici, il y a ce que j’espère être des attitudes quotidiennes ressenties à travers les prismes personnels de chacun. Ce questionnaire est né de l’empathie rencontrée suite à des déceptions, des découragements, des frustrations de collègues ou de moi. Je pars du principe, comme d’habitude, que chaque prof souhaite le meilleur pour ses élèves et que chacun ressente parfois ou souvent des déceptions. Alors au lieu de subir comme Sisyphe ou trembler comme Damoclès , j’espère apporter une main tendue d’un pair, ni pire ni meilleur par ce jeu de miroir.

Je remercie donc Gaëlle Chaillou, Gaëlle Revidat, Sandrine E., Sandrine Evra, Laurence Poirot, Béatrice Laurier, FlaVie, Laurent Huault, Cathie, Damien M., Nicolas le Cunff, Nancy, Davidlemusico, Audrey, Valérie, Joëlle, Véro et Vincent Busselier. J’ai aussi répondu comme chacun.

 

questionnaire-2016-de-survie-du-prof-dedmus-google-forms

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *