L’écrisicien

Sous ce nom d’article, plusieurs idées seront proposées, centrées toutes autour du rôle de l’auteur en tant que musicien c’est à dire une recherche de la préhension de l’œuvre par son auteur lui-même, comme un chef d’orchestre littéraire ou un d.j. des idées.

Image 50

Le premier travail, actuellement effectué avec des élèves de 4emes par mon amie collègue V. Pergola et moi, consiste en la création d’un roman interactif, à l’image des livres dont vous êtes le héros, à ceci près qu’il ne propose pas un choix scénaristique mais un choix d’émotions, de lieux, de moments de la journée , tous incarnés par des créations musicales et des extraits choisis d’œuvres existantes.
Après la création de 6 nouvelles fantastiques par îlots , les élèves sélectionnent dans chacune au moins 3 passages déterminants dans leur intrigue.
Ils choisissent alors par exemple si le lecteur doit lire ce passage comme s’il lisait la nuit, le jour, au théâtre, en attendant le bus, à midi, dans une cabane en bois au fond de la forêt , dans sa chambre la nuit et les volets ouverts, par un jour de chaleur, en étant amoureux, en mangeant une glace (ces exemples sont authentiques).

IMG_1110 FullSizeRenderÉdit : travaux d’élèves
Si un jour une application permet de déclencher un texte à un moment précis où dans un lieu précis, il va de soi que ce travail sera dans ce prolongement.
Une entreprise à Toulouse est en train de travailler sur un projet de cette envergure, nous pensons travailler avec eux l’an prochain.
La préparation de ce travail a été faite par la mise en vidéo d’une nouvelle de Maupassant , « Terreur », d’une façon particulière : la vidéo ne représente pas le texte mais l’état dans lequel l’auteur l’écrit, comme un moyen d’accéder à sa vérité. Une série de filtres a été appliquée sur ces vidéos , nous avons fait appel à la théâtralité des élèves et bien sûr un travail sur le son et l’image a été poursuivi, autour des musiques de film (Alien de Goldsmith, Jaws de Williams, le générique du 20h de TF1, Shining de Carlos-Elkind). La photo noir et blanc en dessous est une capture écran d’un travail vidéo d’élève.
La finalité de cette séquence qui mène à une œuvre interactive, non par le lecteur mais par l’œuvre elle-même, sera incarnée dans une photo du texte filtrée agrémentée de qrcodes ou d’auras si j’en trouve qui contiennent des sons de longue durée, à l’image de la photo ci-dessus du texte de « Terreur ».

IMG_0432

La seconde idée est à l’image d’un jeu (enfer blanc) que m’a passé une amie d’une finesse intellectuelle et sensible hors pair , merci Nathalie; application qui consiste en une aventure textuelle dont vous êtes le héros dont la particularité est que le personnage à qui nous nous adressons dans le jeu prend le temps réel de ses actions,  laissant ainsi le lecteur attendre la résolution de son choix et revenir à son propre temps. La conjugaison des temps de l’histoire lue, du temps interne du lecteur et du temps externe de son environnement concret m’a tout de suite plu, j’y ai trouvé un rapport temporel typiquement musical car nous le vivons tous en concert en tant qu’auditeurs ou instrumentistes. Le soumettant à la sagacité intellectuelle lumineuse d’une amie proche ô combien précieuse, une nouvelle idée s’est formée peu à peu. C’est ainsi qu’un travail va être créé autour d’un roman sur twitter dont les phrases seront émises en tweet sur un même fil, d’abord testé entre classes dans mon établissement puis mis sur la toile. Les épreuves qui scanderont la narration nécessiteront pour faire avancer l’histoire des recherches et créations musicales. Puis l’auteur reprendra sa narration, influencé par le ressenti ou l’apport des musiques.
C’est ainsi qu’une co construction entre auteur et lecteur va s’opérer, grâce aux médias du temps de recherche, du temps de création et du temps de réponse. L’optique est aussi de générer une appropriation d’un réflexe de recherche et création par l’usage des méta-outils que propose internet, en poursuivant comme toujours le but que l’humain reprenne le contrôle face à cette inondation numérique, le tsunami pour moi étant déjà passé. Une éducation au numérique humaniste en somme, j’ose l’espérer, bien qu’en l’énonçant ainsi je me trouve bien orgueilleux. Je préfère néanmoins cette étiquette à d’autres, je ne peux ne pas le faire et ne pas le partager en en précisant la finalité.
Twitter et un padlet où les ressources possibles pour démarrer seront proposées afin d’initier cette démarche, puis la liberté des ressources sera proposée, enfin il serait amusant aussi de se démarquer du support twitter pour créer des anamorphoses entre internet et le concret , entre tout. A l’image du travail de Carole Lipsyc et des 3 espaces, en y incluant d’autres formes de perception telles que le son et sa sublimation musicale.
http://www.3espaces.com

IMG_0440

Enfin la dernière idée est, par sampleur-enregistreur ou vocodeur, de raconter l’histoire d’une musique par sa recréation permanente. L’héroïne de cette histoire étant la mélodie elle-même, l’enregistrement d’une mélodie dont le sample premier : « je suis une mélodie, qu’allez-vous faire de moi » sera joué par le clavier directement par l’élève. Cette activité se prête complètement au travail de groupe et de co-création, il y sera évident d’y retrouver des éléments de structure musicale, de paramètres du son, de style (musique sérielle, concrète, aléatoire, plus classique avec des arsis thesis ou des architectures typiques des structures baroques), de réalisations polyphoniques ou monodiques; le champ des possibilités me semble ainsi très important.
On peut utiliser Audacity, mais l’usage d’un clavier maître ou d’un contrôleur midi me paraît plus pertinente, c’est ainsi que j’utiliserai le sampleur de Garage Band dans ce travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *